La domus urbaine et la villa rurale

La domus urbaine et la villa rurale

La domus urbaine et la villa rurale.

Les différentes opérations de fouilles ont permis de retrouver quelques traces de l’habitat manceau de la période antique, mais les traces sont lacunaires compte tenu de la nature du bâti (bois, torchis, …).

Des fouilles menées à partir de 1982 près des Jacobins ont permis de dégager un quartier d’habitation : des pilotis de bois enfoncés dans la tourbe prouvent l’existence d’une forte concentration urbaine dès le début du Ier siècle (architecture typique des gaulois) ; dans la deuxième moitié du Ier siècle, des structures en dur se superposent illustrant l’amélioration de l’urbanisation (habitations et voirie selon le modèle romain).

Un peu plus au sud (vers l’actuelle place des Halles), un espace construit est découvert, présentant notamment une grande domus (c’est-à-dire une villa urbaine), des ateliers artisanaux et des fours ainsi qu’un canal collecteur d’eau ou d’assainissement. Les traces les plus probantes liées à cet habitat aisé sont les nombreuses céramiques découvertes.

 

A la campagne aussi, des formes romaines d’habitat ont été identifiées (lors de fouilles ou par des prospections aériennes) : la villa. Située au centre d’un domaine (fundus) de taille variable, la villa regroupe l’habitation du propriétaire et les bâtiments d’exploitation : ateliers, grange, étable, cellier, logement de la main d’œuvre.

En Sarthe, une vingtaine de villae sont répertoriées :

  • Villa d’Oisseau-le-Petit (près d’Alençon) où l’on distingue le plan du bâti ;

vue-aerienne-villa.jpg

  • Reconstitution de la villa du Grand Teil à Avoise (près de Sablé sur Sarthe) ;

villa.jpg

© Illustration : Fabrice Moireau.

  • Pavements en mosaïque (reproduction des éléments relevés) de la villa de Roullé à Mont Saint-Jean (nord-ouest du département) illustre la diffusion du luxe romain.

mosaique-villa.jpgPhotos Giet Y. Carré Plantagenêt, Musée d’Archéologie et d’Histoire, Le Mans, 2013.