Les thermes

Les thermes

Les thermes.

Les thermes du Mans ont été découverts par hasard, à l’occasion d’un chantier, en 1980. Ils ont été utilisés en continu depuis le milieu du Ier siècle, date de leur construction jusqu’à vers 270-280 lorsqu’ils ont été détruits pour les besoins de la construction de l’enceinte. Aujourd’hui, seule la partie technique des thermes est visible, au sein d’une crypte archéologique, située sous l’école Supérieure des Beaux-Arts. Il s’agit d’installations liées au chauffage (hypocauste) et à la gestion de l’eau. Cependant, les fouilles permettent d’en restituer un plan précis ainsi que quelques traces des décorations (fragments de mosaïques et d’enduits peints).

Maquette (reconstitution) des thermes du Mans (école Supérieure des Beaux-Arts).

maquette-thermes-2.jpg

Photo Y. Giet, Carré Plantagenêt, Musée d’Archéologie et d’Histoire, Le Mans, 2013.


Comme tous les thermes romains, ceux de Vindunum disposaient de plusieurs salles :

  • A l’entrée, l’apodyterium (1) constitue la salle de vestiaire chauffé où l’on se déshabille ;
  • Puis on chemine dans quatre salles différentes (de la plus froide à la plus chaude) : le frigidarium (2) avec de bassins froids (10-15°C), le tepidarium (3) (salle tiède, env. 20-30°C), le sudatorium (3), salle de transpiration (50°C), ancêtre des hammams du monde musulman et enfin le caldarium (5) ave deux bassins chauds (30-40°C).

En revanche, l’état du site ne permet pas de connaitre les arrivées d’eau mais on peut supposer que les thermes étaient approvisionnés par l’un des deux aqueducs qui alimentent la ville. On peut observer ces installations à Aubigné Racan.


 

Plan des thermes du Mans (école Supérieure des Beaux-Arts).

plan-thermes-2.jpg

Photo Y. Giet, Carré Plantagenêt, Musée d’Archéologie et d’Histoire, Le Mans, 2013.

 

 

 Au premier plan, un bassin ; au second plan, l’hypocauste : il s’agit de la partie inférieure des thermes dans laquelle l’air chauffé par un foyer circulait afin de maintenir la température des salles chaudes. Les petites pilettes de briques qu’on observe soutiennent le sol des salles supérieures.

Pour aller plus loin :

Les Thermes Romains du Mans